L’ATELIER DE LA VACHE ORANGE

Les différentes étapes de la fabrication du papier artisanal

Je prépare la pâte à base de fibres naturelles et végétales tels du lin, du chanvre mais aussi de l’ortie, du papyrus, de la paille de blé, de l’eucalyptus, des cosses de cacao, et même du… crottin de cheval !

Les papiers recyclés, kraft, annuaires téléphoniques, journaux, etc. donnent aussi d’excellents résultats.

Les fibres sont mises dans la pile hollandaise qui mixe et prépare la pâte, avec de l’eau.

Lorsque le papier est destiné à l’impression, écriture, peinture, j’ajoute de la colle végétale dans la pile au moment du défibrage. On dit que le papier est encollé dans la masse.

Pour des raisons écologiques, j’utilise principalement de l’eau de pluie récupérée.

Il est difficile aujourd’hui de trouver des tissus, en lin, coton ou chanvre exempts de traitement chimiques qui permettent de faire du papier chiffon.

Fabrication d’une feuille

La pâte est versée dans une cuve dans laquelle on plonge une forme (tamis), sur laquelle la pâte se dépose.

Egouttage de la forme

On laisse l’eau s’égoutter au travers du tamis pour que la feuille se forme.

Couchage de la feuille

On décolle la feuille de la forme en la retournant sur un feutre. On intercale plusieurs feuilles entre les feutres pour constituer une pile.

Pressage des feuilles

On place la pile de feutres sous la presse pour en extraire l’excès d’eau.

Séchage des feuilles

Les feuilles pressées, encore humides, vont sécher directement sur les feutres que l’on suspend. Le temps de séchage dépend du taux d’humidité de l’air et de l’épaisseur des feuilles. L’été : entre deux et trois jours ; l’hiver : entre six et dix jours.

Dernière étape : pressage des feuilles à sec

Il est souvent nécessaire de remettre les feuilles une fois sèches sous presse, afin de leur donner un aspect plus plat avant de les utiliser.

 © 2019 - LA PETITE FABRIQUE DE PAPIER

  • Facebook
  • Instagram